Évènements Fraîchement Actualisés

The life and death of a Genius: Albert Einstein

Publié le Mis à jour le

Albert Einstein (March 1879 – April 1955) was a German-born theoretical physicist. Einstein’s work is also known for its influence on the philosophy of science. He developed the general theory of relativity, one of the two pillars of modern physics (alongside quantum mechanics). Einstein is best known in popular culture for his mass–energy equivalence formula E = mc2 (which has been dubbed « the world’s most famous equation »).

He received the 1921 Nobel Prize in Physics for his « services to theoretical physics », in particular his discovery of the law of the photoelectric effect, a pivotal step in the evolution of quantum theory.

Near the beginning of his career, Einstein thought that Newtonian mechanics was no longer enough to reconcile the laws of classical mechanics with the laws of the electromagnetic field. This led to the development of his special theory of relativity. He realized, however, that the principle of relativity could also be extended to gravitational fields, and with his subsequent theory of gravitation in 1916, he published a paper on the general relativity. He continued to deal with problems of statistical mechanics and quantum theory, which led to his explanations of particle theory and the motion of molecules. He also investigated the thermal properties of light which laid the foundation of the photon theory of light. In 1917, Einstein applied the general theory of relativity to model the large-scale structure of the universe.

He was visiting the United States when Adolf Hitler came to power in 1933 and, being Jewish, did not go back to Germany, where he had been a professor at the Berlin Academy of Sciences. He settled in the U.S., becoming an American citizen in 1940. On the eve of World War II, he endorsed a letter to President Franklin D. Roosevelt alerting him to the potential development of « extremely powerful bombs of a new type » and recommending that the U.S. begin similar research. This eventually led to what would become the Manhattan Project. Einstein supported defending the Allied forces, but largely denounced the idea of using the newly discovered nuclear fission as a weapon. Later, with the British philosopher Bertrand Russell, Einstein signed the Russell–Einstein Manifesto, which highlighted the danger of nuclear weapons. Einstein was affiliated with the Institute for Advanced Study in Princeton, New Jersey, until his death in 1955.

Einstein published more than 300 scientific papers along with over 150 non-scientific works. On 5 December 2014, universities and archives announced the release of Einstein’s papers, comprising more than 30,000 unique documents. Einstein’s intellectual achievements and originality have made the word « Einstein » synonymous with genius.

With so much today still revolving around Einsteins work we felt it was only right to get you the best video about the Genius we know as Einstein.

Nikola Tesla: le Génie du Tonnerre!

Publié le Mis à jour le

Il fût un savant et chercheur prolifique dans le domaine de l’électro-mécanique.
Auteur de plusieurs centaines de brevets, on lui doit la bobine d’allumage de nos voitures, le moteur asynchrone, la radiophonie, la télécommande et électricité sans fil entre autre.

Contrairement à la croyance populaire, pour le courant alternatif, il ne fût qu’un de ceux ayant développé son utilisation.

Sa contribution pour notre monde actuel est sans conteste, malgré cela, il est mort dans l’oubli quasi général, et sans le sou.

L’unité de mesure du champ magnétique porte son nom: le TESLA.

De nos jours, plusieurs poursuivent les recherches afin de réaliser un but que Tesla avait, soit de fournir une électricité gratuite pour tous partout sur la planète.

Une rumeur circule comme quoi il aurait fabriqué un moteur à courant alternatif de 80 chevaux installé dans une automobile (Pierce Arrow) fonctionnant sans aucune source d’électricité à son bord, puisant plutôt son énergie dans l’environnement (ou éther comme il disait…).

Saint Thomas d’Aquin, le Docteur angélique

Publié le Mis à jour le

Thomas d’Aquin est reconnu, depuis l’Incarnation du Christ, et à la suite de tous Ses apôtres, comme le plus grand Docteur de l’Eglise de tous les temps, de par les dons singuliers qui lui ont été impartis par son divin Maître pour « porter » l’avenir de l’Humanité vers son but ultimr. Il n’est que justice d’essayer de mieux connaître son histoire et le mode de transmission de son enseignement.

Thomas d'Aquin:: "Contemplation" de l'essence divine
Thomas d’Aquin:: « Contemplation » de l’essence divine

Extraits:

TRIOMPHE DE LA CHASTETÉ

Certamen forte dedit illi ut vinceret. SAP., X, 12.

Le Seigneur l’a engagé dans un rude combat, afin qu’il remportât la victoire.

A peine arrivés au château paternel, les deux officiers allèrent visiter le captif, et mirent tout en oeuvre pour lui faire quitter l’habit de Frère Prêcheur. Le trouvant de marbre aux insinuations les plus adroites, comme aux exhortations les plus pressantes, ils pensèrent l’intimider par la hauteur de leurs paroles. « De leur bouche, dit Jean de Réchac, sortaient les vociférations et les menaces comme des éclats de tonnerre.» Leur courroux s’allumant devant l’impassibilité du courageux novice, ils en viennent aux voies de fait, et s’efforcent de lui arracher le vêtement dominicain qu’ils mettent en pièces. Mais le saint jeune homme en recueille les lambeaux avec un pieux respect. Quel pinceau pourrait retracer cette scène sublime? Combien ce spectacle dut réjouir les anges!… Qu’il est beau de contempler cet intrépide champion de la vie religieuse, aux prises avec l’ennemi de sa vocation, défendre son froc de moine, comme le soldat blessé, mais non vaincu, serre dans ses mains crispées l’étendard; confié à sa (76) vaillance, et s’enveloppe des plis glorieux de son drapeau ! Contraints de céder, et voulant à toute force emporter la place, Landolphe et Raynald imaginent un genre d’attaque vraiment diabolique, « capable, dit Guillaume de Tocco, d’ébranler les tours, d’amollir les rochers et de briser les cèdres du Liban, genre d’attaque dans lequel on trouve des combattants nombreux, mais peu de vainqueurs, à cause des difficultés de la lutte ».

Ces indignes frères se disent que c’en sera fait d’une vertu qui a résisté aux séductions, aux menaces et aux mauvais traitements, si l’on parvient à la traîner dans la fange, que cette vocation si tenace s’évanouira au souffle de la volupté. Renouvelant alors une scène dont l’ère des martyrs offre plus d’un exemple, ils introduisent furtivement dans la chambre de leur victime une misérable chargée de lui ravir, avec l’innocence, l’honneur lui-même.

Aux premières paroles de la perfide visiteuse, le saint jeune homme a compris le danger: il frémit, lève les yeux au ciel, court au foyer, et, s’armant d’un tison, poursuit jusqu’à la porte le suppôt de l’enfer. Tremblant à la pensée du péril auquel il vient d’échapper, et rapportant à Dieu l’honneur de sa victoire, il trace une croix sur la muraille avec le tison encore embrasé ; puis, tombant à genoux, il fait cette prière, accompagnée de sanglots : « Bien-aimé Jésus, je sais que tout don parfait, et plus encore que tout autre, celui de la chasteté, dépend de la puissante action de votre providence; je sais que sans vous aucune créature ne peut rien. Défendez par votre grâce, je vous en supplie, la chasteté, la pureté de mon âme et de mon corps. Et si jamais j’ai reçu l’impression, d’un sentiment quelconque capable de ternir ces aimables vertus, ô Maître suprême de mes facultés, arrachez-la loin (77) de moi, afin que je puisse, avec un cœur sans tache, avancer dans votre amour et votre service, en m’offrant tous les jours de ma vie, comme une victime chaste, sur l’autel très pur de votre divine Majesté » (1).

A cette prière succède un sommeil extatique, pendant lequel deux anges descendent du ciel, et ceignant le jeune athlète d’un cordon miraculeux : « Nous venons, disent-ils, de la part de Dieu, te ceindre du cordon de la chasteté perpétuelle. Le Seigneur a exaucé ta prière, et ce que la fragilité humaine ne saurait mériter, Dieu te l’assure par un don irrévocable. »

Ce ne fut point une simple vision, mais une réalité. Les anges serrèrent si fort, que la douleur fit revenir le jeune homme de son extase, et lui arracha un cri involontaire. Des serviteurs accoururent ; mais Thomas, dissimulant la faveur qu’il venait de recevoir, les renvoya courtoisement, et garda son secret jusqu’à la mort. A cet instant suprême, il le fit connaître à son confesseur et ami, Frère Réginald, lequel, pour l’honneur de Dieu et la glorification du Docteur angélique, révéla sous la foi du serment cette incomparable merveille. Lire la suite »

Elections présidentielles 2013: le candidat Sylvain Rabetsaroana pour « une révolution douce à Madagascar »

Publié le Mis à jour le

Ce jeune opérateur économique, ancien sénateur de Madagascar, se lance dans la course pour le poste de Président de la République de Madagascar. Pour soutenir sa campagne électorale, il a publié un livre intitulé « Pour une révolution douce à Madagascar » dans lequel il expose son analyse de l’histoire contemporaine du pays, ainsi que de ses priorités s’il parvient à la magistrature suprême.

Le candidat Rabetsaroana Willy Sylvain
Le candidat Rabetsaroana Willy Sylvain

Extraits:

Quelles ont été et quelles sont encore, à ce jour, vos fonctions
officielles ?
En 1993, j’ai été membre du Conseil de
Redressement Économique et Social (CRES) et président
de facto de la Commission Défense nationale et
Sécurité publique. De 2001 à 2008, j’ai été sénateur
élu de Madagascar. J’ai créé et présidé le groupe parlementaire
Génération Entrepreneurs. Je suis membre
du Conseil Supérieur de la Transition (CST) depuis
2010, président de la Commission Mise en Place de la
IVe République et du Partenariat Extérieur, et actuellement
vice-président de la Commission Défense et
Sécurité. En fait, voici une vingtaine d’années que,
d’une certaine façon, je suis dans le système. Pas
assez, malheureusement, pour avoir pu peser sur lui
en quoi que ce soit. Mais suffisamment pour avoir
été le témoin privilégié de l’inexorable dégradation
qui a conduit le peuple malagasy à la mort à petit
feu. Le moment est venu pour moi de n’être plus
seulement un témoin : je veux me mettre au service
du pays réel, et non pas me contenter de fonctions
officielles inopérantes.

`[… Cliquer pour lire l’intégralité du livre]