Société

L’IGAS confirme : le tout capote est un facteur de contamination par le sida

Publié le Mis à jour le

Un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) confirme que se reposer entièrement sur le préservatif facilite en fait la contamination par le virus du sida. Le tout capote aggrave l’épidémie. Le Vatican le disait, mais le discours officiel le niait jusqu’à présent.

Aides s’est tiré une balle dans le pied. Cette association homosexualiste hyper-médiatisée et protégée politiquement avait conquis une part de sa notoriété en traitant Jean-Paul II d’assassin, puis en lançant une campagne hystérique contre Benoît XVI. Elle leur reprochait de dire que le tout capote, le comportement des hommes étant ce qu’il est, était non une protection contre l’épidémie de sida mais un facteur de contamination. Ce que les études épidémiologiques montraient, les homosexualistes et la masse politiquement correcte le niaient par préjugé idéologique. Or, c’est grâce à Aides que l’IGAS, et donc le gouvernement français, l’entité politique la plus politiquement correcte au monde, reconnaît aujourd’hui officiellement le caractère mortel de l’abus de préservatifs.

(… lire l’intégralité >>)

Fitsenana ny Kardinaly Désiré Tsarahazana avy tany Roma

Publié le Mis à jour le


Retour au pays du Cardinal Désiré Tsarahazana

Un accueil digne de son rang au sein de l’église catholique romaine, c’est ce qu’ont réservé hier les milliers de fidèles catholiques venus un peu partout des régions de Madagascar et qui attendaient le nouveau Cardinal Désiré Tsarahazana à l’aéroport d’Ivato.

Depuis Ivato jusqu’à la Nonciature à Ivandry, la joie de la foule l’a accompagné.

(… lire l’intégralité de l’article >>)

 

Sauvetage des footballeurs en Thaïlande: les 13 rescapés de la grotte évacués

Publié le Mis à jour le

En Thaïlande, les 13 rescapés de la grotte sauvés : le rappel des faits.

Les Kenyans se plaignent du « racisme » des Chinois travaillant sur un chemin de fer emblématique

Publié le

La presse kenyane s’indigne à la suite d’une enquête du journal The Standard qui accuse les travailleurs chinois embauchés sur la ligne emblématique SGR desservant Nairobi d’un racisme omniprésent. Le Standard Gauge Railway relie la capitale kenyane au port de Mombasa : ses 485 km de rails ont été construits depuis 2014 grâce à l’accord de financement finalisé cette année-là avec la China Road and Bridge Corporation qui a pris à sa charge 90 % des 3,6 milliards de dollars qu’aura coûté le projet (les 10 % restants ont été payés par le contribuable kenyan). Aussitôt, une armée de travailleurs chinois avait rejoint le pays et la construction s’est achevée rapidement, permettant l’ouverture du service passagers le 31 mai 2017, 18 mois avant la date prévue. Le scandale qui agite aujourd’hui la presse porte sur le mépris dont les autochtones se disent victimes, de nombreux témoignages venant confirmer les faits malgré des dénégations officielles.

Il était prévu qu’après la phase de construction, les ingénieurs et cheminots kenyans seraient principalement chargés de l’exploitation de la ligne même si celle-ci est aux mains d’un consortium chinois pendant les cinq premières années d’exploitation depuis l’entrée en service.

Le racisme des travailleurs chinois dénoncé au Kenya

De fait, une équipe kenyane a assuré le voyage inaugural du « Madaraka Express » du 31 mai 2017 mais c’était, d’après la presse, l’exception qui confirme la règle du tout chinois. The Standard affirme que les conducteurs kényans ont reçu une formation complète mais ils sont relégués aux places passagers des cabines des conducteurs, seulement autorisés à regarder faire leurs homologues chinois qui assurent les trajets Mombasa-Nairobi.

(… lire l’intégralité >>)

Notoloran’ny Filoham-pirenena mari-boninahitra i Eulalie, ilay maherifo

Publié le Mis à jour le

06 jolay 2018: Notoloran’ny Filoham-pirenena ny mari-boninahitra « Chevalier de l’Ordre du Mérite de Madagascar » i Eulalie, izay nasandratra ho Mahery Fon’ny Firenena noho ny nanavotany ilay zazakely vao herintaona sy telo volana monja, niharan’ny lozam-pifamoivoizana teny Andranomena Arivonimamo farany teo (na dia tsy mahay milomano aza izy!).


Elle a sauvé un bébé d’une noyade lors d’un accident de taxi-brousse à Arivonimamo

« Ce fut un bel acte d’amour, de bravoure, et d’altruisme ». Ces propos du Président de la République résument le geste héroïque de la jeune Rafaramalala Heriniaina Eulalie, 16 ans, qui a sauvé un bébé de 15 mois d’une noyade certaine, lors de l’accident du taxi-brousse sur la RN 1, à Andranomena, Arivonimamo, le dimanche 1er juillet (alors qu’elle-même ne savait pas nager!). Cette élève de la classe de troisième du collège FJKM d’Ambohinierenana, Imerintsiatosika, a été reçue par le Chef de l’Etat, dans la matinée de ce 6 juillet au Palais d’Iavoloha. Elle était accompagnée de ses parents et du Ministre de la communication, Rina Andriamandavy.

Lors du drame du pont d’Andranomena, Heriniaina Eulalie a, non seulement sauvé la petite fille de 15 mois, emportée par les flots de la rivière, mais elle a aussi tenu à l’accompagner personnellement jusqu’au HJRA à Antananarivo, où elle a reçu les soins nécessaires. Le Président Rajaonarimampianina a remercié vivement la jeune Rafaramalala Heriniaina pour son acte de bravoure, et son sens du sacrifice, lors du sauvetage du bébé. « C’est une très noble prise de responsabilité, un geste qui doit inspirer toute notre société, à l’heure où nous devons recouvrer les valeurs de solidarité et d’entraide pour la renaissance de la mentalité, pour réussir l’Émergence », a-t-il souligné. Il a également félicité les parents de la jeune fille pour son éducation. Aussi, au nom de l’État, le Président de la République a décerné à Rafaramalala Heriniaina Eulalie la médaille de Chevalier de l’Ordre du Mérite de Madagascar, avec une enveloppe financière en guise de reconnaissance. Par ailleurs, les frais d’études et les fournitures scolaires de Rafaramalala Heriniaina Eulalie seront tous pris en charge par l’État jusqu’à l’obtention du diplôme du baccalauréat.

Le premier Major de promotion afro-américain de son école interdit de « speech »

Publié le Mis à jour le

Jaissan Lovett de Rochester, New-York devint le premier noir américain dans l’histoire de son école, en tant que « valedictorian », à obtenir le droit de prononcer un discours au cours de la cérémonie de graduation et de Commencement de l’University Preparatory Charter School for Young Men, comme l’ont fait tous ses prédécesseurs. Mais le Directeur de l’école lui a refusé ce droit.

Offusquée par cette entorse à un droit d’expression prévu par la Constitution, la maire de la ville  Lovely Warren, une femme de couleur aussi, lui a offert de publier son speech intégralement dans la page Youtube de la ville.


Rochester School Won’t Let Its First Black Valedictorian Speak, So Mayor Does

Rochester Mayor Lovely Warren invited Jaisaan Lovett to give his speech on the city’s YouTube channel.

(… read full article >>)

Corée du sud: tuer les chiens pour leur viande est illégal, juge un tribunal

Publié le Mis à jour le

Des chiens en cage, en Corée du Sud, en attente d’être abattus (Crédit: Yun Suk-Bong/Reuters)

Un tribunal sud-coréen a jugé illégal d’abattre les chiens pour leur viande, une décision susceptible aux yeux des défenseurs des animaux de constituer un premier pas pour rendre la consommation des canidés hors la loi.

La viande de chien fait depuis longtemps partie de la tradition culinaire de la Corée du Sud, où environ un million de chiens sont mangés chaque année, selon les estimations.

Néanmoins, cet usage décline. De plus en plus de Sud-Coréens considèrent que le chien est l’ami de l’homme plutôt qu’un animal de ferme destiné à finir dans l’assiette. La pratique devient taboue chez les jeunes générations et les défenseurs des droits des animaux se font davantage entendre.

Le sujet est dans une zone grise juridique, en l’absence d’interdiction spécifique.

Mais les autorités ont invoqué la règlementation sur l’hygiène et les lois sur la protection des animaux interdisant les méthodes cruelles d’abattage pour faire fermer des élevages et des restaurants avant des événements internationaux tels que les jeux Olympiques d’hiver qui se sont déroulés à Pyeongchang.

L’année dernière, l’association de défense des animaux Care avait porté plainte contre un éleveur de Bucheon accusé de « tuer des animaux sans raison valable » et de violer la règlementation sur l’hygiène et les normes de construction.

Le parquet l’avait inculpé et le tribunal de la ville de Bucheon l’a reconnu coupable, le condamnant à trois millions de wons d’amende (2.300 euros). L’intéressé a renoncé à faire appel.

Kim Kyung-eun, l’avocate de Care, a salué le jugement qui date d’avril mais a été rendu public seulement cette semaine. « Il est très important en ce qu’il s’agit de la première décision de justice qui stipule que tuer des chiens pour leur viande est illégal en soi ».

– Jurisprudence? –

Le jugement « ouvre la voie à ce que la consommation de viande canine soit rendue complètement illégale », a-t-elle déclaré à l’AFP.

La directrice de Care, Park So-youn, a expliqué que son association était en train de recenser les élevages de chiens à travers le pays afin de déposer des plaintes devant la justice pour les mêmes motifs.

« Ces dix dernières années, l’opinion publique a changé de discours sur la consommation de viande de chien, elle penche pour l’interdiction », a-t-elle estimé. « L’industrie de la viande de chien va subir plus de pressions à cause de ce jugement ».

(AFP)