Politique

Fifidianana Filoham-pirenena: fanambarana ofisialy nataon’i Jean Omer Beriziky

Publié le Mis à jour le

Teny amin’ny Villa « La Franchise » fonenan’ny Filoha teo aloha Zafy Albert no nanaovan’ny Praministra teo aloha Jean Omer Beriziky ny fanambaràna ofisialy momba ny filatsahany ho fidiana ho Filoham-pirenena amin’ny 7 Novambra 2018.

Royaume-Uni : le ministre du Brexit, David Davis, a démissionné, suivi du MAE Boris Johnson

Publié le Mis à jour le

Il a justifié sa décision dans un courrier adressé à Theresa May : « L’intérêt national exige un ministre du Brexit qui croie fermement en votre approche, pas seulement un conscrit réticent. »

Aucun camouflet ne pouvait être plus violent. Deux jours après avoir annoncé triomphalement qu’elle avait réussi à unir son gouvernement sur un « Brexit doux » maintenant des liens étroits avec l’Union européenne, Theresa May se voit désavouée par le ministre chargé de défendre cette position à Bruxelles, David Davis. Peu avant minuit, dimanche 8 juillet, le ministre chargé du Brexit a annoncé sa démission. Deux de ses adjoints, Steve Baker et Suella Braverman, l’ont suivi, enclenchant un mouvement potentiellement menaçant pour l’avenir de Mme May à Downing Street. La première ministre britannique, qui devait s’adresser aux députés conservateurs lundi matin, court le risque d’une motion de défiance.

(… lire l’intégralité >>)

Quelques heures après David Davis, le Ministre des Affaires Etrangères, Boris Johnson a lui aussi présenté sa démission du gouvernement de Theresa May

A Strasbourg, le premier ministre polonais réfute toute dérive antidémocratique

Publié le Mis à jour le

« Tout pays a le droit d’élaborer son système judiciaire selon ses propres traditions », a lancé Mateusz Morawiecki aux eurodéputés, alors que Bruxelles et Varsovie s’affrontent sur la réforme de la justice.

Mateusz Morawiecki, Premier ministre polonais (crédit: france24)

Un dialogue de sourds, très animé, qui, semble-t-il, ne fera pas dévier d’un pouce l’intéressé : à l’issue de près de trois heures de débat avec le Parlement européen, mercredi 4 juillet, à Strasbourg, le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a lancé un « merci » un peu froid aux eurodéputés, dont la plupart ne l’avaient pas ménagé.

Impassible face à un déluge de critiques, il a indiqué, dans la foulée, qu’il comptait bien poursuivre son programme de réformes – notamment de la justice – même si son pays est dans le collimateur de la Commission de Bruxelles. Celle-ci a lancé des procédures d’infraction et suggéré d’activer « l’article 7 », qui peut en théorie – après un vote à l’unanimité – priver un pays membre de ses droits de vote, pour cause de violation de l’Etat de droit.

(… lire l’intégralité de l’article >>)


La Cour suprême polonaise entre en résistance contre le gouvernement

Varsovie, mercredi 4 juillet, 8 heures du matin. Une foule dense de plusieurs milliers de personnes est venue encercler l’entrée de la Cour suprême polonaise. Les représentants des syndicats de juges, d’avocats, de magistrats se trouvent aux premières loges, ainsi que des personnalités comme Andrzej Rzeplinski, ancien président du Tribunal constitutionnel et ennemi public numéro un pour le pouvoir ultraconservateur, lors de sa première tentative de prise de contrôle du pouvoir judiciaire, fin 2015.

Tout le monde attend celle qui est devenue, malgré elle, le dernier symbole de la justice indépendante en Pologne : Malgorzata Gersdorf, première présidente de la Cour suprême. En vertu d’une loi entrée en application la veille, qui abaisse l’âge de départ à la retraite des juges, Mme Gersdorf, ainsi que près de 40 % des juges de l’institution, sont démis de leurs fonctions. Mais la durée du mandat de la magistrate est inscrite noir sur blanc dans la Constitution et doit prendre fin en avril 2020. Elle a donc déclaré qu’elle se rendrait au travail comme à son habitude.

Mexique : « AMLO » face aux défis de la corruption, de la pauvreté et des tensions commerciales

Publié le

Andres Manuel Lopez Obrador, nouveau Président du Mexique

Le 1er juillet 2018 fera date dans l’histoire du Mexique. Andres Manuel Lopez Obrador (« AMLO ») a remporté, dimanche, l’élection présidentielle. La victoire écrasante de l’éternel opposant de 64 ans marque un virage à gauche inédit depuis des décennies. Le pourfendeur de la corruption a annoncé « un changement profond » du pays, avant de rejoindre une immense foule en liesse sur la place principale de Mexico. Des défis colossaux l’attendent pour soigner les maux d’une nation, minée par les inégalités et l’insécurité.

Celui que les Mexicains surnomment « AMLO » est crédité entre 53 % et 53,8 % des suffrages, selon une première estimation officielle à la sortie des urnes. Ses deux principaux adversaires, Ricardo Anaya (22 %), à la tête d’une coalition droite-gauche, et José Antonio Meade (16 %), candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (centre, au pouvoir), ont reconnu leur défaite avant même l’annonce des estimations de l’Institut électoral (INE).

 

Décès d’un grand homme « complet » et « comblé »: Jean Charles Andriantsitohaina

Publié le Mis à jour le

Sa grandeur n’aura d’égal que sa rigueur intellectuelle et morale, en plus de sa modestie. Son nom restera gravé dans l’histoire économico-politique de Madagascar. Charles Andriantsitohaina, un grand capitaine d’industrie est mort à l’âge de 96 ans après une vie bien remplie faisant évoluer la société par son amour particulier pour les arts et le sport qu’il a contribué à promouvoir efficacement. Homme « touche à tout », et grand mécène et philanthrope avec sa femme, il fut un grand capitaine d’industrie, connu par plusieurs générations comme pionnier de la communication moderne. Charles Andriantsitohaina, descendant de l’Ambassadeur Andriantsitohaina chef de la délégation diplomatique malgache auprès des grandes puissances européennes du temps de la monarchie sous la reine Ranavalona I était une personnalité d’un abord facile et était très actif au sein des groupements économiques comme le SIM (Syndicat de l’Industrie de Madagascar), le GEM (Groupement des Entreprises de Madagascar) et la FIVMPAMA (Fivondronnan’ny Mpandraharaha Malagasy) dont il fut l’un des principaux fondateurs, en plus d’être Sénateur de la Jeune Chambre Internationale. Il fut durant plusieurs années Président du Conseil d’Administration de la BMOI (Banque malgache de l’Océan Indien), première banque privée . Nous présentons nos sincères condoléances à toute sa famille.


Famangiana fahoriana

Présidentielle 2018 Madagascar: premier tour le 7 Novembre et deuxième tour le 19 Décembre

Publié le Mis à jour le

Mr Christian Ntsay, nouveau Premier ministre de consensus pour les élections.

Le Premier ministre Ntsay Christian l’a annoncée au Palais de Mahazoarivo lors d’un point de presse. Le premier tour aura lieu le 7 novembre 2018 et le second se tiendra le 19 décembre 2018. Et ce, conformément à la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 qui stipule que « le gouvernement de consensus mis en place arrête avec la CENI, l’organisation d’une élection anticipée durant la saison sèche au cours de cette année 2018 mais sous réserve des possibilités techniques, matérielles et financières réelles, assurant des élections libres, honnêtes et transparentes ».

Si le Président de la République en exercice, Hery Rajaonarimampianina souhaite se présenter à cette élection, il devra quitter son poste au plus tard le 07 septembre, soit 60 jours avant le premier tour.


Convention d’Andohalo: plusieurs partis avec Razafindravahy pour la refondation avant la présidentielle

Beza Seramila du Comité restreint du HFI (à droite) et le fondateur du parti ADN, Edgar Razafindravahy (crédit: l’Express)

… lire l’intégralité de l’article ->>